La scène électronique estonienne : le collectif Mürk

Découverte de la scène électronique estonienne, l’une des plus bouillonnante de la baltique. Ce petit pays qui vient tout juste de souffler ses 99 bougies d’indépendance (après un passage sous domination russe jusqu’à la chute de l’union soviétique) n’a rien à envier à ses voisins européens. Des clubs éphémères aux collectifs itinérants en passant par des événements plus intimistes “shoe-free”, Tallinn – sa capitale – illustre parfaitement la dynamique culturelle incroyable insufflée par une société totalement imprégnée dans les cultures numériques (d’où son surnom de e-estonie).

Le pas-sage souffle sa deuxième bougie

Pas-Sage c’est un collectif mais c’est avant tout une façon de communier dans une même symbiose autour de l’art et de la musique. Deux ans que les membres du crew agitent les nuits parisiennes et outre-périph, deux ans qu’une communauté se réunit à l’occasion d’après-soupers à l’ambiance bien particulière, deux ans en somme que le Pas-Sage renouvelle l’essence même de la fête.

Le collectif Mu insuffle un dynamisme artistique et musical à la Goutte d’Or

Depuis sa création en 2003, le collectif Mu ne cesse d’œuvrer pour la promotion de production artistique aussi bien dans l’art sonore, visuel ou contemporain.  Ce collectif permet aux franciliens de découvrir des oeuvres liées à l’expérimentation sonore, puisque depuis quelques années des artistes émergents, mais aussi confirmés, se relaient au Garage Mu, lieu où le collectif organise des événements en plein quartier de la Goutte d’Or.